Retouner à Montréal après avoir vécu

Ce serait facile de t’dire que j’suis scrap et fatigué. Pas très originale compte tenu des circonstances : c’était le FME et je suis dans ma jeune trentaine. T’inquiète, c’est pas un de ces textes qui va t’raconter que j’ai vomi ma poutine Morasse après avoir participé au wall of death d’une soirée métal.

Après quatre jours à balancer la vie de party, confort, surprises et moments magiques, on repart à Montréal ville fatale. Parce qu’il le faut.

Dans le char, on repasse par le parc dans lequel on souhaitait trouver la terre promise de tous les mélomanes et bons vivants de ce monde. Je peux le dire maintenant : c’était là! C’est là! C’est un secret de moins en moins bien gardé. C’est un moment que tu veux garder pour toujours comme un hypocrite. Et maintenant, c’est rayé sur ma checklist de vie ou de mort.

J’ai vécu et survécu à mon premier FME.

Dans la voiture, je r’garde le flou des arbres passer et j’me dit : « C’est fou comme j’ai eu l’impression d’être à Montréal« . L’ampleur de la chose, la présence des gens, la crowd habituelle. On dirait que j’étais à une soirée de lancement d’un artiste de BonSound et soudainement, tout le monde est tombé dans une warpzone, projetée à 600 km.

Maryse Boyce prenaient des photos. Laura Sauvage était dans la même file que moi pour aller pisser. Toutes mes amies et beaucoup de connaissances étaient là. L’industrie était là. Le photobooth faisait des .gif animés. Bref, c’est sur des airs de déjà vu que j’ai passé mes 4 plus belles journées de festival à vie. No joke.

Mais en même temps, on était pas à Montréal. Pas pantoute. J’aurais pas fait tout ce chemin pour retrouver la même chose un peu plus loin. J’ai trouvé que tout était tellement facile. Accessible. J’ai pas eu l’impression qu’on essayait de piger dans ma sacoche.  Que c’était une « business » au sens propre du terme. J’avais l’impression que quelqu’un avait mon bien-être à coeur. Un festival qui avait mon bonheur à coeur. Plutôt de t’dire : « Ça va t’coûter 35$ si veux rentrer pis arrive 2h à l’avance » c’était plutôt : « Rentre parce qu’on est content de t’voir pis veux tu un thé chaï avec un soupçon de lait? »

Le FME est une matante qui est contente de t’voir.

On s’intéresse à la musique jeune . On s’retrouve beaucoup là d’dans. Identity crisis. Mais un jour j’vais avoir des enfants. J’aimerais pouvoir leur faire vivre ma passion d’mélo. Le drama de la musique. La beauté.

Je m’imagine à Osheaga avec un porte bébé et ça marche pas. Juste pour la chaleur je pourrais m’faire arrêter par la DPJ. J’pense que c’est ça que j’ai tellement aimé au FME; c’est un endroit où on peut vieillir avec la musique. C’est possible et même encouragé par le festival. Un père de famille qui chante dans un band de punk hardcore, une énorme table tournante pour que tes jeunes s’étourdissent, une marche de 5 minutes au soleil pour retourner dans un appartement sur le bord d’un lac. Pollué, mais quand même un lac.

À mesure qu’on s’approche du smog, je l’sens en d’dans d’moi que j’m’essouffle. Demain je vais aller travailler en prenant l’métro. Pie IX à Laurier c’est mon chemin. J’me sens épuisée, comme si j’portais du linge sale à la place de ma peau. Tannée que l’monde sourit pas dans le sous-terrain. Écoeurée de m’faire harceler par Greenpeace à la surface. Je r’pense au FME, j’me dit que c’est à ça que j’veux que ma vie ressemble.

J’ai pas d’roots en Abitibi, mais en attendant que la vie grouille en d’dans moi, l’Abitibi sera toujours dans mes égarements. Dans l’flou des arbres.

Vivre après avoir vécu.

*Illustration de Christian Beauchemin 

Abitibi / Montréal - La Bouche Croche - FME

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

PORTRAITS DU FME : LA PÈCHE AU KANASUTA

Aux derniers Quartiers d’hivers je vous avais montré de quoi ça l’air des hipsters à pêche blanche. Me revoilà à vous montrer du monde de ville qui pêchent, des fois pour la première fois, sur notre beau lac Kanasuta. On sait jamais trop trop quelle température on va pogner au FME, mais cette fois-ci on a eu des journées parfaites pour se faire griller la couenne en bateau!

DSC_5983 DSC_5987 DSC_5992

Comme je l’ai déjà dit à quelques reprises dans mes articles, depuis le début du FME le mandat à mon chum c’est d’emmener le monde à pêche. Ça le fait encore plus tripper quand y peut montrer ça à du monde qui est encore vierge de la chose, de même il les fait à sa main! Au début ça se faisait en chaloupe, ce qui peut être très cool aussi, mais depuis quelques années, y est ben fier de monter son ponton du Témis pour pouvoir embarquer encore plus de monde.

DSC_6002 DSC_6004 DSC_6005 DSC_6006 DSC_6010 DSC_6013 DSC_6015 DSC_6023

Selon certains, Kanasuta signifierait soit « lieux où se rencontrent les grands esprits » ou ben « là où vont les diables pour danser »! Richard Desjardins, lui, propose plutôt « lieu où l’on a enterré la hache de guerre »…En fait j’ai vérifié et ça veut juste dire: « on y voit trois rapides » en algonquin. Un peu moins glamour quand même mais coudons, y est photogénique en maudit pareil!

DSC_6029 DSC_6046 DSC_6058 DSC_6059 DSC_6062 DSC_6063 DSC_6088 DSC_6095 DSC_6103

Après avoir pêché un petit bout de temps sans résultat, on a fait un pit stop au camp de chasse à Pat, l’autre capitaine. On a mangé un snack de camp de chasse pis on était rendu à se dire qu’au pire ç’aurait été une belle journée pour travailler sur son bronzage (et se baigner pour les plus téméraires!)

DSC_6116DSC_6121DSC_6133DSC_6144DSC_6149DSC_6160DSC_6164DSC_6166DSC_6176DSC_6178DSC_6186DSC_6187DSC_6191DSC_6196DSC_6198DSC_6202DSC_6203

La pêche étant quand même le prétexte du voyage, quelques-uns ont eu envie de taquiner le poisson au bout du quai…et on même réussis à en sortir une couple! Là l’excitation est monté d’un cran! Moi qui m’étais résignée, j’ai pu faire des photos de monde avec leurs prises, toujours plus impressionnant quand tu fais un article sur une journée de pêche!

DSC_6206DSC_6208DSC_6211DSC_6214DSC_6216DSC_6219DSC_6223DSC_6226DSC_6228DSC_6231DSC_6234DSC_6238DSC_6250DSC_6258

Toujours ben impressionnant de voir quelqu’un manier le couteau pour effileter les poissons.

DSC_6259DSC_6264DSC_6284DSC_6273DSC_6287DSC_6289DSC_6293DSC_6294DSC_6295DSC_6306DSC_6307DSC_6312DSC_6313DSC_6320DSC_6322DSC_6323DSC_6328

On s’est rebaigné, on a remangé, on a bu plus de bière qui aurait fallu pis on a décidé de retourner en ville…c’est ben beau tout ça mais y avait encore des shows à voir à Rouyn! Au retour, le but ayant été atteint, on a crinqué la musique pis on a dansé, encore ben du plaisir et de l’agrément au menu!

DSC_6335DSC_6342DSC_6343DSC_6357DSC_6359DSC_6362DSC_6371DSC_6383

Toi aussi t’as le gout de te faire aller sur un ponton pis de peut-être pogner des poissons? Au prochain FME t’as juste à te présenter à l’accueil (la maison en sol mineur), pis à dire que tu t’en viens à pêche avec le gros Raymond, on va t’arranger ça!

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Le blogue du FME