Artéfact 2015 du FME

Le parcours scéno : une autre idée d’exception signée FME !

FME 2015. Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue. Artéfact du cobra géant dans le vieux Noranda sur la rue Murdoch.
Crédit photo Christian Leduc
FME 2015. Crédit photo: Christian Leduc

Depuis deux décennies, vous avez dû constater à quel point l’organisation du FME n’était jamais à court d’idées pour renouveler sa programmation, mais aussi son identité visuelle. Pour chacune des éditions présentées, l’imagerie du FME est toujours différente. De nombreuses installations et artéfacts ont donc été conçus durant toutes ces années et vous vous demandez sûrement ce qu’il est advenu de toutes ces créations. 


Votre interrogation trouvera sa réponse sous peu avec l’avènement d’une autre idée folle du FME : Le parcours scénographique. Ce projet est dans les cartons de l’organisation du festival depuis belle lurette, semble-t-il. Aux dires de la directrice artistique du FME, Karine Berthiaume, c’est « à partir de la 10e édition que l’idée de fêter le 20e anniversaire du festival, en élaborant un parcours mettant en vedette tout ce qui a été créé visuellement, a plus sérieusement pris forme ».

Un parcours déambulatoire au concept franchement original 

De nombreux endroits de Rouyn-Noranda ont d’abord été parcourus afin d’identifier ceux qui seraient en mesure d’accueillir une de ces installations. D’abord et avant tout, c’est surtout le concept sur lequel est basé le parcours qui sort franchement de l’ordinaire ! « On a eu l’idée de s’inspirer des lettres « FME » pour statuer sur le nombre de stations réparties tout au long du parcours. Si on observe bien chacune des lettres, on peut dénombrer un total de 16 « pin-points ». En fait, chaque jonction des lettres représente un point géographique dans la ville », explique celle qui est chargée de mettre sur pied ce magnifique projet, Alexe Séguin-Carrier.

« Chaque œuvre sera accompagnée d’un panneau d’interprétation qui contiendra des informations portant sur l’œuvre en tant que telle. Sur chacun de ces panneaux, un code QR pourra être scanné et mènera à une page Web réunissant des informations plus approfondies concernant l’installation », poursuit Alexe.

Un important travail de restauration a été accompli afin que ce projet voie le jour

Or, pour concrétiser cette idée, l’équipe créative affectée au projet a dû réfléchir à la manière optimale de restaurer ces œuvres. Certaines d’entre elles étaient entreposées depuis de nombreuses années et plusieurs avaient un urgent besoin d’amour…

« Il y a des années où les éléments visuels étaient incomplets ou franchement abîmés. Il a donc fallu recréer une installation à partir de ce qui avait déjà été fait. Pour d’autres sections du parcours, les œuvres sont inchangées par rapport à l’année où ils ont été diffusés. Il faut aussi se rappeler que les créations associées aux premières éditions n’avaient pas été installées à l’extérieur, car à l’époque, elles étaient exclusivement aménagées dans les salles de spectacles. Il a fallu les bonifier visuellement afin qu’elles aient plus d’impact dans la ville », explique Karine.

Artéfact de la 19e édition restaurée et installée à l’entrée du site de la Guinguette chez Edmund. Crédit photo: Louis Jalbert

Le parcours scénographique : une excellente façon de découvrir ou de redécouvrir Rouyn-Noranda

Le parcours scénographique est une manière originale de visiter la ville autrement. En plus de découvrir les commerçants et les organismes emblématiques de Rouyn, ce parcours permettra d’offrir aux visiteurs, qu’ils soient résidents de la ville ou non, un autre point de vue du chef-lieu de la région. Une autre bonne nouvelle ? Le parcours scénographique devrait perdurer au-delà de la présentation de la 20e édition du FME !

En terminant, la sympathique Karine avait un message d’amour à offrir :

« J’aimerais remercier du fond du cœur tous les commerçants, organismes et bénévoles ainsi que les artistes qui permettent au FME d’être aussi créatif ! Au fil des années, on s’est associé à des festivals internationaux qui nous ont permis de créer des liens solides avec des artistes qui sont venus nous donner un coup de main dans l’élaboration des différentes identités visuelles que nous avons conçues. C’est vraiment touchant de voir tous ces gens impliqués dans nos projets et de revoir ces œuvres dans un tout autre contexte ».

Sous peu, vous verrez apparaître dans les rues de Rouyn des installations, des objets et des créations qui soulignent toute la force créative qui a habité l’organisation du FME au cours des vingt dernières années. 

En arpentant ce parcours, vous prendrez conscience que votre FME en a fait du chemin en deux décennies d’existence !

FME 2018. Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue. Artéfact dans le vieux Noranda sur la rue Murdoch.
Crédit photo Louis Jalbert
FME 2018. Crédit photo: Louis Jalbert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *