Archives de catégorie : Entrevue

Où est Jo Lemay?

Prendre un verre et relaxer en regardant la culture s’époumoner devant soi est le plaisir de tous les festivaliers présents au FME. Malgré tout, pour le Rouynorandien Jonathan Lemay, ces trois lettres sont plutôt synonymes d’implication bénévole et de gros maudit plaisir!

Se passant presque de présentation, Jonathan, dit « Jo » Lemay, est sans doute l’un des noms les plus fréquemment mentionnés dans la MRC de Rouyn-Noranda dans les dernières années. S’étant lancé à l’aveugle dans l’aventure de l’altruisme, Jo était loin de se douter jusqu’où son action bénévole et sa bonne volonté allaient le mener. Néanmoins, cultiver ses légumes dans le jardin de l’incertitude, aura été très payant pour lui : encore aujourd’hui, il récolte les fruits de ses actions.

Attelé à la tâche depuis quasiment les premiers jours du FME, ce dernier cache mal sa déception d’avoir raté en 2003 la première année de l’événement. « Je suis bénévole depuis la deuxième édition, parce que j’avais malheureusement manqué la première. Ça m’intriguait beaucoup ! Je me demandais “c’est quoi ce nom-là : Festival de musique émergente” ». Sans se poser davantage de questions, le natif de Rouyn-Noranda eut tôt fait de rattraper sa bourde, en proposant son aide l’année suivante. Depuis, il entretient une réelle histoire d’amour avec les différents rôles qu’il occupe.

L’ami de tous

L’intérêt qu’il accorde à la proximité que lui donne le festival à la communauté et l’univers culturel est considérable. Et pour cause! Qui ne serait pas pâmé de joie devant la possibilité d’ouvrir un tantinet le vase hermétique de la vie publique et des relations avec les artistes. « C’est des moments uniques! Tu rencontres des gens. Tout le monde est de bonne humeur. Moi je suis un gars de public. J’aime beaucoup la proximité que ça crée avec les gens ». Ces mots résonnent. Un peu à l’image d’un salaire informel, les contacts humains semblent ravir l’homme de 43 ans. Des relations qui, avec le temps, lui ont permis de capitaliser sa générosité. Maintenant, qu’importe la raison, on pense à lui! Lorsqu’on le voit, on le reconnaît ! Quand on lui parle, on lui propose une bière!

Jo Lemay - FME - 2017
Jo et Émile Bilodeau / FME 2017

Assis devant moi dans le resto-bar l’Abstracto au centre-ville de Rouyn, je me refuse à prendre une gorgée de mon verre de peur de manquer une information des précieuses anecdotes que Jo a à me raconter. En 2006, grâce à son implication au festival, il peut assister à la prestation de DJ champion, qu’il juge comme le plus mémorable de sa vie. « Je me rappelle, il avait fini son show à 6 h du matin! C’est spécial, tu sors de la salle Paramount et il fait clair ! Tu te retrouves sur la rue Gamble et tu es encore en transe ». En 2017, à la 15e  édition du FME lorsqu’il faisait le transport, lui, son co-pilote et ses passagers (Émile Bilodeau et Fred Fortin. Juste ça..!) réussissent à éviter une contravention d’excès de vitesse. « Je connaissais le policier », me dit-il en riant. En 2019, il se rend à Halifax grâce à un échange de générosité avec la communauté. Une histoire à l’image d’un conte de fées. S’envoler à bord d’un avion nolisé en direction du Scotiabank Centre et assister à la victoire des Huskies de Rouyn-Noranda sur les Mooseheads d’Halifax, en finale de la coupe Memorial. Le rêve! Sans parler de ses rencontres avec des personnalités connues comme Antoine Bertrand, porte-parole du FME en 2010. « Chaque fois que je le croisais, il me reconnaissait ! »

Jo Lemay - Portraits de personnalités publiques de l'Abitibi-Témiscamingue -2021
Crédits photo : Marc-Olivier Thibault

Opportunités

Je décide enfin de prendre une gorgée de mon verre avant d’enchaîner ma prochaine question. Mais comme si Jo devinait exactement où je me dirigeais, il me souligne instinctivement sa participation au livre du photographe témiscabitibien Marc-Olivier Thibault. Un ouvrage lancé à la librairie Livresse de Rouyn-Noranda le 21 mai dernier. Compilant des portraits de personnalités connues de la région, passant de Diane Dallaire, mairesse de Rouyn, à Khate Lessard une influenceuse amossoise révélée à Occupation Double. La question devenait donc naturelle : comment se sent-on lorsqu’on figure entre les clichés de personnes qu’on admire autant? « Je suis très content! Crime, on ne s’attend jamais à ça! Écoute, à la base je ne fais pas ça pour les récompenses! Mais en même temps, se retrouver dans le même livre que la mairesse c’est plaisant ». On sourit les deux à cette réponse.

Aujourd’hui, lors de l’entrevue, à l’aube de la sortie de l’ouvrage, Jo reste humble et me rappelle que le fait d’aider les gens est quelque chose qui bouille en lui depuis sa jeunesse. Qualifiant sa participation au festival comme sa plus grosse implication dans le monde culturel, il a visiblement ces lettres tatouées sur le cœur. À l’image de Gordie Howe, Jo Lemay ne voit pas la fin de sa carrière de bienfaiteur s’arrêter de sitôt. Et pourquoi ? « Le sentiment d’appartenance! Je suis fier de faire partie du FME ! ». 

D’ici là, Jo entrevoit l’année 2021 du bon œil. Beau temps mauvais temps, on risque de le croiser plus que jamais dans un festival près de chez nous.

Vieux-Noranda - FME - 2018
Crédits photo : Louis Jalbert

Article par Anthony Dallaire

Exclusivité FME : single + entrevue avec Navet Confit

Lors de son spectacle le 4 septembre prochain, Navet Confit présentera au FME son nouvel album, dont la sortie est annoncée pour le 18. Réalisé en équipe avec ses acolytes Lydia Champagne (batterie), Carl-Éric Hudon (basse) et d’autres invités, l’album qui contient 18 nouvelles chansons – aux titres savoureux, caractéristique du travail de Navet – promet d’être plus… punk.

Le musicien et sa Meute nous font cadeau du premier single, juste ici, en exclusivité sur le blogue officiel du Festival. Pas pire, hein? J’ai eu le plaisir de lui poser quelques questions pour avoir une petite idée de ce qui nous attend avec l’album LOL.

Mannequin de magasin / LOL / Navet Confit :

Mélanie Jannard : Quand je t’ai croisé l’autre fois au théâtre – ça nous donne un air cultivé –, tu me disais que le nouvel album allait être plus punk. Comment ça, donc?

Navet Confit : Ben en fait c’est un album de punk, mais j’ai jamais été punk. C’est un peu un exercice de style, une façon d’aller à l’extrême, être un peu plus radical qu’avant, dans un esprit assez juvénile, adolescent, niaiseux… Mais tout ça est géré par quelque chose de plus sérieux dans la démarche; c’est pas purement juvénile, mais dans l’esprit, oui. La première fois que t’écoutes Nevermind en cassette : je voulais recréer ça. Je voulais mettre des guitares fortes pis gueuler.

L’idée derrière ce virage-là, ça vient d’une conversation avec mon booker, Guillaume Ruel. On a quand même fait des bons festivals, mais dans des salles, j’ai de la misère à me booker, parce que j’ai comme une réputation de « c’est ben trop fucké! », alors que je considère que je fais de la pop. Ça fait que tant qu’à être barré… C’est une blague, aussi; c’est pour ça que l’album s’appelle LOL.

C’est très exigeant d’enregistrer ça à la journée longue. C’est pas le genre de musique que j’écoute, mais j’aime ça en faire.

MJ : Mais revenons à LOL : pourquoi?  

La pochette de l'album LOL, confectionnée par Navet lui-même.
Navet Confit a réalisé lui-même la pochette de son dernier album, LOL.

NC : LOL, parce que c’est comme une joke. Parce que c’est une joke de dire
« lol »; parce que « lol », c’est vraiment passé date, alors ça devient un 8e degré de « lol ».

Y a beaucoup de choses drôles sur l’album, mais y a aussi des choses déprimantes. J’aime les mettre une à côté de l’autre. Le collage que j’avais déjà commencé, avec des chats, vient bien compléter ce que j’ai voulu faire avec l’album. Le côté Internet, c’est une représentation de comment je vois cette façon-là, maintenant, de rencontrer des gens, ou même de vivre. C’est étourdissant, pis c’est pas toujours très reluisant. Ça saute d’un état d’esprit à l’autre. C’est cheap ; y’a beaucoup de cheap sur Internet.  C’est un condensé de comment je me sens, présentement, à l’ère où on vit.

MJ : Et pourquoi avoir choisi « Mannequin de magasin » comme premier single radio [ndlr : j’étais sûre d’avoir lu ça!] – surtout : pourquoi elle se retrouve trois fois sur l’album?

NC : Y a pas de single radio sur l’album! Ça peut vraiment, mais vraiment pas aller vers des radios commerciales; pis ça, je le savais déjà. De là, la chanson « Radio commerciale » sur l’album. « Mannequin de magasin », c’est vraiment niaiseux : je l’ai écrit, on l’a joué presque tout de suite. On l’a monté, on l’a joué une fois en show, pis c’était ça déjà. Après, j’aurais pu faire des shows complets avec juste ça. Des fois, on la faisait trois fois, en joke. À un moment donné, les gens réalisaient qu’on niaisait, mais on se la faisait quand même demander en rappel.

Martine de La Meute avait vu ça en show. Elle m’a demandé : « pourquoi tu la mettrais pas trois fois sur l’album? » C’est même pas mon idée! Je trouve ça merveilleux d’avoir un label de même. Au fond, cette tune-là, elle a l’air niaiseuse, mais y a une grande part de mélancolie et de tristesse. Y’a une profondeur.

MJ : Je me risque avec la question radiophonique : « Alors Navet Confit, à quoi est-ce qu’on peut s’attendre le 4 septembre prochain à Rouyn-Noranda? »

NC :  On va jouer LOL en bonne partie. On va aussi piger dans l’ancien répertoire, évidemment, mais en donnant une grande place au nouvel album. Parce que c’est ça que j’ai le goût de jouer. Avec cette formule power trio, ça tombe souvent dans des cordes un peu plus « dans ta face ». Plus grunge, plus rock.

Y aura peut-être une surprise, aussi. Mais je sais pas si je devrais le dire tout de suite. Je vais le dire juste à toi :

[Off the record]

MJ : Woah! Et pour finir, as-tu des conseils pour les gens qui vont aller au FME?

NC : J’ai le gout de citer Alaclair Ensemble. J’ai tu le droit de faire ça? « Faites juste des p’tites drogues, pas des grosses drogues. »

Navet Confit sera en spectacle le 4 septembre à 23 h dans le cadre du FME à l’Espace lounge Hydro-Québec, situé sur la 7e Rue à Rouyn-Noranda. L’album LOL sera en vente dès le 18 septembre.