Louis-Jean Cormier - FME - La Bouche Croche

“Who the funk is Louis-Jean Cormier?”

Le FME c’est toujours l’opportunité de découvrir ce duo obscur de Brooklyn ayant une formation classique, mais qui surprenamment,  utilise le banjo avec des power chords pour créer un style de musique hybride que ta mère a jamais entendue de sa vie.

Perso, je me considère comme un fouilleux de racoins pour mes trouvailles musicales et pourtant, mes sources ne semblent pas changer avec le temps :

Daytrotter - FME - Bouche CrocheDaytrotter : plateforme musicale avec prestations exclusives

Ce que j’adore avec la programmation du FME ? C’est toujours une boîte à surprises. Un cocktail de mélomane avec un tit parasol rose de sûreté pour ceux qui préfèrent se tremper le gros orteil avant de sauter dans piscine, même si, on finit tous par se mouiller avant le jour 4.

Des bands et des auteurs-compositeurs-interprètes dont tu ignores l’existence genre : “who the funk is Louis-Jean Cormier?”.

NDLR J’ai demandé à ma matante Irène. Elle m’a briefé en me parlant d’un beau brun ténébreux qui pèse sur son piton en spinnant sa chaise et qui dit souvent des mots comme : “grrrrrrrroundé” pis “vecteur”.

Bref, l’ère est effectivement à la découverte…

Alors, je lève mon bock en plastique de l’édition du “lapin métallique” ; aux belles découvertes qui se trouvent dans cette 13e mouture du Festival. Ce toast est surtout un remerciement aux anciennes trouvailles du FME qui sont encore dans mes oreilles aujourd’hui : Suuns, Secret Sun, Dear Criminals, Voilà!, Ought, Owen Pallett, Fordamage, Dig it up and much much mucho more…

Bon FME tous!
Bonnes découvertes!
Comme disait une petite Moffatt…”L’ouverture de l’esprit n’est pas une fracture du crâne.

P.S. J’ai fini par me souvenir c’est qui Louis-Jean Cormier. (Dah!) C’est un gars qui, en 2003, est venu au Bistro de l’UQAT avec son band obscur qui venait lancer leur CD, “Le Pensionnat des Établis”
Il a donné un show direct sur le plancher (pas de stage) avec ses tounes expérimentales pendant que son collègue Lafontaine destroyait son keyboard comme un Mozart- en-crise-d’épilepsie tout en fumant une clope sous un spotlight avant la loi anti-tabac.

Un spectacle des plus mémorables! Et ce, même si le Pensionnat des établis n’est plus disponible sur iTunes aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *