Life is but a dream – Expérience numérique sur le thème du rêve

Par Sophie Mediavilla-Rivard, membre de l’Escouade bohémienne spécial FME

L’expérience Rêve est un de ces projets qui font se démarquer le FME, promoteur d’initiatives uniques et expérimentales. Présenté le 31 août au Mudra Espace Sportif par son créateur Philippe Lambert et le programmeur Édouard Benoit Lanctôt, Rêve en a impressionné plus d’un en faisant vivre un rêve éveillé aux spectateurs grâce à un assemblage de sons, de couleurs et de lumières fascinant et étudié au détail près.

L’événement se déroulait au Mudra Espace Sportif dans le cadre d’un 5 à 7 Québécor. Les spectateurs sont entrés dans une petite pièce où ils étaient invités à s’asseoir confortablement pour se laisser porter par les sons et les couleurs qui s’offraient à eux. Éclectique, cette expérience en venait, par ses formes et ses configurations élaborées, à obnubiler le public qui ne savait plus où donner de la tête. Il était facile de se laisser aller dans cette représentation des rêves que Philippe Lambert a voulu partager au public. « Je trouve ça super intéressant de me demander “c’est quoi la vraie réalité? Est-ce que maintenant je suis en train de rêver, est-ce que pendant que je suis éveillé c’est un rêve?” En philosophie et dans plein de trucs spirituels, c’est ça la question : life is but a dream. » explique l’artiste.

Un rêve éveillé

En travaillant sur le projet, le musicien a vite réalisé qu’il voulait parler du mécanisme des rêves, et non de rêves vécus. Qu’est-ce qu’un rêve, et comment concrétiser une chose si abstraite? « Personne ne sait exactement pourquoi on rêve mais pendant qu’on dort, il y a quelque chose qui se passe. Peut-être que c’est notre mémoire dans notre cerveau qui représente plein d’événements qu’on a vécus, peut-être que c’est dans nos gênes plus loin, avant notre vie, et que ça construit une histoire. »

Le projet est né il y a quelques années lorsque Philippe Lambert a décidé d’approcher l’ONF pour la création de cette expérience. Il a commencé à développer des outils, des sons et des effets visuels à l’aide d’une petite équipe. Il était en effet accompagné de Vincent Lambert et de Karen Robert, créateurs des effets visuels et des illustrations du projet, ainsi que d’Édouard Benoit Lanctôt, qui a programmé l’expérience dans son intégralité. De cette démarche a émergé un magnifique assemblage de musique et de lumière que ses créateurs font découvrir au public par des concerts (comme celui qu’ils ont fait pour le FME) ainsi que sur le site web reve.onf.ca.

Inspirer et partager

Pour Philippe Lambert, le Festival de Musique Émergente représente une occasion unique de montrer son travail aux gens de la région. «Quand on fait des projets comme ça, c’est souvent dans les grosses villes et on voit juste une petite partie de la population. Mais il y a plein de gens qui vivent en région, qui sont cool et qui pourraient non seulement aimer ce qu’on fait, mais aussi être inspirés par ça. ». C’est également une chance pour la région d’avoir accès à des expériences uniques telles que celle présentée hier. En tous les cas, c’est un public complètement hypnotisé et rêveur qu’ils ont laissé derrière eux, et ils en ont certainement inspiré plus d’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *