Abitibi, m’aimes-tu encore?

Un an. À penser à toi sans te voir. À me réveiller la nuit en me rappelant tes beaux airs. Comment a été ta dernière année ma belle Abitibi? Moi je n’ai pas tant changé. Nouvelle job, nouveaux défis  you know. Mais ça ne m’a pas empêché de te voir dans ma soupe. De me rappeler tes belles vagues du lac Flavrian, pis ton doré adoré. De me souvenir de tes belles « gensses » pis de ta musique (ok je commence à sonner comme les Cowboys fringants, je vais arrêter ça maintenant).

Le FME recommence. Je reviens te voir. Une deuxième année pour moi qui s’annonce folle (Half Moon Run c’est trooooop mon groupe pref genre… PINPINPINPIN CONSIIIIIDER YOURSELFFFF). Mais qu’est-ce que je peux espérer de plus de notre relation? J’veux dire… On se voit 4 jours par année (ouin j’pas là durant les cinq jours, j’monte le vendredi, longue histoire… j’te raconterai). On ne peut pas espérer une vie à deux parce que tsé… je suis marié à Montréal depuis 28 ans. Va falloir qu’on mette le paquet. Qu’on rentabilise notre amour adultère. Que tu m’épates comme aux premiers jours. Qu’on se renouvelle sans fin. Qu’on vive autre chose de plus grand et de plus fort.

L’an dernier tu m’as fait découvrir la pêche avec le gros Jolette (la star de Rouyn). Tu m’as fait voir mon premier show d’Heavy Metal à vie. Tu m’as fait monter backstage à Galaxie au Petit théâtre du vieux Noranda. Tu m’as fait des beaux yeux dans une église au spectacle de Louis-Jean Cormier, pis tu m’as fait suer ma vie dans les 500 pieds carrés d’espace respirable du Cabaret de la dernière chance pendant la prestation de MP Arthur (pour vrai, j’tais pas loin de l’apoplexie). Qu’est-ce que tu peux ben me montrer de plus pour que j’te garde encore passionnément dans mon coeur? Que j’me puisse plus de venir te voir pour le 15e anniversaire de ton FME chéri l’an prochain?

Ben j’y ai pensé (tu sais ben). Voilà quelques propositions pour maintenir la flamme de notre amour:

  • L’an passé, j’ai manqué la Nuit électro parce qu’après deux jours de party c’était trop tard pour mononcle. On pourrait peut-être se garder de l’énergie toi pis moi pour faire ça ensemble. Danser jusqu’au lendemain. Je ne t’ai jamais vu sous un angle électro. Tu dois être spéciale sur le dancefloor avec tes belles grandes pupilles dilatées.
  • Je n’ai jamais goûté la poutine de Chez Morasse (HEIIIIIN T’AS PAS ESSAYÉ LA POUTINE DE CHEZ MORASSE?!?! BEN LÀ TU ME NIAISES!!!! C’EST GENRE LA MEILLEURE AU MONDE!!! NO WAY QUE TU L’AS PAS ESSAYÉE?! J’T’À VEILLE DE M’ÉTOUFFER TELLEMENT J’EN REVIENS PAS!!!!). On pourrait s’en claquer une après un bon show en se regardant dans le gras des yeux… pis se prendre deux roteux pis un coke pour la route.
  • Ça serait franchement pas pire de pogner de quoi cette année à la pêche aux dorés…. Parce que c’est ben l’fun de passer une journée sur le lac, au gros soleil, pas de crème solaire… mais quand tu pognes rien (comme je l’ai si bien fait), t’as un petit sentiment de désespoir intérieur profond qui fait surface. Surtout que je me suis fait manger 5-6 vers… mettons que j’tais pas la fierté du bateau à Jolette. J’aimerais ça prouver cette année à tous les mâles pêcheurs du coin de la bitt à Tibi que j’ai un Daniel Boone qui sommeille en moi. Que je suis le king du doré, pis qu’il n’y en a aucun qui ne me résiste. En tout cas… au moins un poisson stp Jésus…
  • On pourrait capoter ben raide sur une chanson qu’on ne connaissait pas avant, pis l’écouter toute l’année en pensant à l’un pis à l’autre. Ça serait comme notre hymne Abitibi-Antoine. Notre toune. Comme « Les yeux du cœur », mais juste à nous deux. Je vais me pencher là-dessus.

Pense à tout ça d’ici septembre. D’ici là j’vais m’acheter des tits kits pour être beau beau beau, promis. Pis je vais même t’emmener des fleurs. J’ai hâte de te voir ma belle Abitibi.

Xxx

-Ton Antoine-

via GIPHY

 

 

 

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *