Un vendredi soir à Rouyn

Après avoir réglé tous les détails pour que mon p’tit monde aviaire & tropical survive à une absence de 3 jours, j’ai enfin pu me lancer dans la grande virée annuel à Rouyn!

On est arrivés vers 19h après une ballade en bagnole d’un peu plus de 8 heures. Long roadtrip, mais quand la compagnie est bonne, on ne voit pas le temps passer ! C’est donc dans le plaisir et l’allégresse qu’on est débarqués au Festival de musiques émergentes (FME).

Plaisir est de constater que le Festival n’a rien perdu de sa dimension humaine qui le rend si exceptionnel. L’accueil y est toujours aussi chaleureux et on sent que les 8 années d’expériences ont permis à l’organisation de gagner en sérénité. Notons aussi la contribution des gens du coin qui collabore bénévolement à l’événement, faisant en sorte que le festival fonctionne rondement. La bonhomie est à l’honneur donc, salutations à Sandy Boutin, Jenny Thibault et toute leur équipe à l’arrivée, bonjour aux journalistes présents puis hop ! Tite douche et c’est parti pour une première soirée de Fun Musique Et….

Parmi les bons moments de ma soirée, les vibrants ‘’Nous sommes Loups’’ qui ont donné une performance sans accro. La fougue et la sueur étaient au rendez-vous :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=RpcCTwwtVf0]

Alors qu’on se bouchait un coin au Subway, on voit passer devant nous une jolie blonde en talons hauts qui marche d’un bon pas, sa guitare à ma main. Échanges de sourire complices, pouce en l’air en guise de ‘’Merde’’, on regarde filer Martha Wainwright vers l’Agora des arts. Fidèle à ses habitudes, elle nous a livré son cœur et ses trippes sur la scène de l’ancienne chapelle.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=7Yu0TIa41cI]

Accompagnée de cette fameuse guitare, Martha nous a montré qu’elle est la digne descendante de Kate McGarrigle. D’une voix poignante, tout en simplicité et en finesse, elle nous a ouvert son cœur et n’a laissé personne indifférent. La grande scène qui avait accueilli juste avant la bande de musicos de Gigi French semblait maintenant trop petite pour cette grande dame de la chanson qui prenait toute la place avec ses histoires crève-coeur. Moment de recueillement collectif dont on se souviendra longtemps !

The Sadies ont illuminé ma fin de soirée avec leur rock country dangereusement maîtrisé. Ils nous ont balancé leurs standards revisités et les compos de leur multitude d’album avec la ferveur qu’on leur connaît. Du pur délire de pouvoir voir ce groupe torontois mythique dans ce p’tit bar de Rouyn.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=mnvZSnPON9o]

On retournera les voir assurément ce soir, en plus d’aller admirer les prouesses de Buzz et des Melvins, les irrévérencieux Parlovr, les audacieux Bionicologists, et danser sur Le Matos.

FME, je t’♥ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *