Les tits à Bibi

L’Abitibi fut jadis une terre hostile où seuls de jeunes hommes en quête d’émotions fortes s’aventuraient. À la fin des années 1920, il fallait être un peu fou et particulièrement sensible à l’appât du gain pour faire le grand voyage vers ces terres que l’on qualifiait de « Klondike » québécois. Dans les mines, contrairement à la croyance populaire, y’avaient pas grand nains qui sifflotaient en travaillant. Non, Monsieur. Y’avait des hommes. Des « vras » hommes. Des hommes qui suaient gros pis qui avaient pas peur de se salir pour accomplir la besogne. Des hommes avec des « bras durs comme la roche, pis des cuisses comme des troncs d’âbe ».  C’parce qui avait pas de chain saw, tsé.

Quand on parle de l’Abitibi, on parle souvent des hommes qui l’ont construite et façonnée. N’en déplaise au bon Raoul Duguay, je pense qu’il est temps, aujourd’hui, de parler des femmes, aussi. J’trouve qu’on travaille ben fort et depuis longtemps à faire reluire la « bitt » à Tibi… Serait le temps qu’on s’occupe un peu des tits à Bibi. Non?

Je vous présente donc ici quelques portraits de femmes qui ont marqué – ou qui marquent encore-  la région, d’une façon ou d’une autre, à petite comme à grande échelle.

***

Lise Pichette
Femme de théâtre et fondatrice du Cabaret de la dernière chance (1952-2014)

Lise_Pichette
http://www.lafrontiere.ca/2014/10/28/lise-pichette-sest-eteinte

Cet automne, Rouyn-Noranda a perdu une de ces grandes représentantes. Lise Pichette, décédée  en octobre dernier, était comédienne, cofondatrice et directrice artistique du Petit Théâtre du Vieux Noranda. Elle était aussi une des fondatrices du Cabaret de la dernière chance. Vous savez, cette salle où il fait si bon se retrouver et où vous allez vous rendre à plusieurs reprises pendant Quartiers d’hiver? Vous la devez entre autres à cette dame qui, tout au long de ses 40 ans de métier, s’est toujours fait un devoir de faire de l’Abitibi, un terreau fertile pour les arts et la culture. « Nous renonçons à l’exil, car nous croyons que chaque territoire a une parole et c’est ce qui nous lie » disait-elle. Sans des femmes comme Lise Pichette qui se sont battu dès les années 1970 pour faire valoir la place de la culture en région, il n’y aurait sans doute jamais eu de FME aujourd’hui. Qu’on se le dise.

Merci, Madame Pichette.

Jeanne Corbin
Militante du mouvement communiste  et ouvrier  (1906-1944)

jeanne-corbin

Si Jeanne Corbin était née en cette période d’austérité, elle aurait été sans doute été la première à crier aux inégalités et à jouer de la casserole. Jeanne Corbin a fait de la défense des droits des travailleuses et travailleurs du Canada le combat de sa vie.  À Montréal, elle fut organisatrice syndicale pour la Ligue d’Unité syndicale. À Timmins, en Ontario, elle travailla au magasin de la Coopérative ouvrière de l’Ontario et pris la défense des mineurs et des bûcherons. Mais, c’est en 1933, près de Rouyn, que Jeanne prouva à quel point son engagement pour la cause était profond. Elle participa activement à l’importante grève des bûcherons et encouragea les travailleurs à ne pas traverser les lignes de piquetage, ce qui lui valut une arrestation pour incitation à l’émeute. On l’enferma pendant trois mois.  Des femmes qui osaient ébranler le statu quo et l’ordre établi, y’en avait pas des mannes à l’époque. Jeanne Corbin, elle rockait la casbah sur un moyen temps. Rouyn lui doit une fière chandelle.

Pour en savoir plus sur Jeanne Corbin, lire Scènes de la vie en rouge, l’époque de Jeanne Corbin 1906-1944 d’Andrée Lévesque (Les éditions du remue-ménage, 1999).

Chantal Archambault
Auteure-compositrice-interprète originaire de Val d’Or

chantal_archambault_crédit_

Chantal, c’est comme du feu. Du feu qui réchauffe, mais qui brûle pas, par exemple. De sa voix scintillante, comme de la poudreuse sous les lampadaires, elle dépose délicatement ses chansons western-romantico-sexy dans le creux de ton oreille. Oui, Chantal me fait de l’effet. Si tu ne la connais pas encore, je vais laisser traîner ici une des mes chansons preférées. Et je vais aussi t’informer qu’en ce moment, elle travaille sur un nouveau projet, avec Michel-Olivier Gasse, dont on ne sait pour le moment pas grand-chose. On nous promet des nouvelles pour février. Ça s’appelle Saratoga, pis j’ai hâte en ta d’entendre ça. En attendant, tu peux toujours regarder le dernier clip de Mara Tremblay pour les voir tous deux patiner.

Marcelle Sweet
Enseignante  à la retraite, récipiendaire du Prix du Gouverneur général pour l’entraide en 2012

Marcelle-Sweet

Madame Sweet, en plus d’avoir le plus beau nom de famille du monde, est une femme qui a beaucoup fait pour l’éducation et la vie culturelle de Val d’Or. Madame Sweet a été enseignante, puis directrice de différentes écoles, dont Marie-Immaculée et Saint-Joseph. Elle a été la première femme de l’Abitibi-Témiscamingue à être élue au poste de commissaire d’école. Elle a aussi été membre du Conseil supérieur de l’Éducation. Madame Sweet est également membre des Amis du Conservatoire et présidente de la Société d’art lyrique de l’Abitibi-Témiscamingue. Elle a également enseigné l’anglais langue seconde à l’Université du Libre Savoir et animé des émissions pour les aînés à TVC-9 de Cablevision… Impressionnant parcours que celui de Madame Sweet.

Claudine Gagné
Agente aux communications et à la promotion pour le FME

10472780_10153147801780995_2125076674774690025_n

Je tenais à vous parler de Claudine Gagné, ma collègue, mon hôtesse pour le weekend, mais aussi mon amie, pour plein de raisons. D’abord, parce que c’est une fille vraiment cool : elle a le plus beau manteau d’eskimo de la région, les plus beaux cheveux blancs de jeune femme qui assume sa condition capillaire naturelle de la province, la plus belle garde-robe du pays et l’esprit le plus vite sur le calembour de la planète. Mais, au-delà de ses nombreuses qualités d’humaine, c’est aussi une Abitibienne qui est revenue à sa terre natale après un détour à Saint-Jérôme et Montréal. Et c’est ça qui la rend spéciale. Claudine fait partie de ces jeunes, femmes et hommes, qui mettent beaucoup de jus de bras à faire briller leur région parce qu’ils en sont fiers. En cette période austère où on menace de couper dans les instances qui rendent possible le développement local et régional (CRÉ, CLD, CJE, etc.) et la tenu d’événements comme le FME, je pense qu’il faut plus que jamais soutenir et applaudir les travailleurs de la région. Et à part de ça, prendre la décision de se chooper à 8 heures de la grand-ville alors qu’on aimait bien y vivre, ça prend du courage et de la passion. Faut plus de Claudine Gagné dans vie.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

4 réflexions au sujet de « Les tits à Bibi »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *