Je voulais rien que me présenter

Cette année, j’ai l’immense bonheur de me joindre à l’équipe de La bouche Croche et sincèrement, ça me fait pas pire pas mal plaisir parce que je dois avouer que je ne suis pas de ceux qui peuvent prétendre porter en eux la souche véritable, celle des bois et de l’air pur des champs. Je ne suis pas née en région, non non ! Je suis née à Longueuil. Ça veut dire ça, que j’ai grandi au royaume de l’ordinaire, où nos étoiles se confondent aux lampadaires. Ça fait que je me considère plus que chanceuse qu’on me laisse une petite place au cœur de ce désormais tant attendu festival.

Précisions sur mes origines

Ma référence musicale a longtemps été la radio commerciale. J’étais fan du 6 à 6 (en double), j’ai déjà gagné un concours d’hallucinations auditives à CKOI en plus de me faire réveiller par Richard Z. Sirois le matin de mes 11 ans. Il m’avait souhaité bonne fête en ondes. J’étais pas mal choyée. C’est vraiment le jour où je suis allée passer du temps dans des Laurentides plus qu’attachantes non seulement à cause du majestueux paysage mais aussi pour les gens que j’y ai rencontré, que ma vie a basculé. Rien de mieux qu’une job dans un camp de vacances pour te faire voir le monde autrement. C’était malade, sérieux. C’est aussi l’époque où j’ai découvert ce son que je ne savais alors nommer. J’appelais ça : de la bonne musique. La toune Karma Police était pour moi un pur chef d’œuvre. Je me rappelle que je pleurais souvent en l’écoutant. Depuis Les chats sauvages de Marjo, je n’avais rien entendu d’aussi beau. Puis je me retrouvai alors devant un shitload de «bonne musique» à découvrir pour saisir finalement que ce serait un voyage infini de découvertes jusqu’à ma mort. On peut dire que rendue là, j’ai laissé derrière, petit à petit, la jeune fille qui n’avait connu avant que les piscines hors-terre et les cabanons en clapboard. Pis ça, ça faisait du bien. Ainsi, la nature et la musique auront toujours mon respect total et je serai bien servi en cette fin août imminente.

Donc…

Tout ça pour dire qu’en tant que nobody tombée des nues, ça va me faire plaisir d’aller à la rencontre d’amateurs, créateurs, spectateurs de musique émergente de l’Abitibi et de partout ailleurs, présents à cette édition 2013 du FME. J’aimerais connaître et partager votre histoire, question de se la raconter un peu. Parce que si on aime pas les jambons, il reste encore les bons gens.

À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *