Get down and boogie

Les Californiens de Fu Manchu étaient attendus de pied ferme par une meute de festivaliers assoiffés de gros riffs pesants et de lignes de bass dont les vibrations pourraient à elles seules faire tomber la Tour Eiffel. Ils ont été efficaces dans leur exécution, confortant leur position priviligiée de figure de proue du mouvement stoner rock. En cliquant ici, ça vous donne une idée de la force de frappe de Fu Manch. Crédit photo: CyclopesCrédit photo: CyclopesLe quatuor qui voue un culte aux vans rétro des années 1970 étaient précédés des Dales Hawerchuk. Que dire de ces derniers si ce n’est qu’ils incarnent une redoutable machine de rock et que nous avons pu en prendre la mesure samedi soir. Sur la scène d’un Petit Théâtre rempli à pleine capacitié, les Dales ont offert une prestation fort appréciée. De retour au FME après avoir connu un franc succès avec leur premier effort, le chanteur des Dales Hawerchuk, Sylvain Séguin, y est allé d’une étonnante économie de mots entre les pièces afin de livrer leurs pièces en rafale, pièces qui ne sont peut-être pas si éloignées des structures que nous proposent un groupe comme Fu Manchu.Voyez ce que ça donne ici.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Email this to someone

Une réflexion au sujet de « Get down and boogie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *