Archives de catégorie : Non classé

Third time lucky!

Labour day weekend use to be a bitter sweet time for me (harbinger of summer’s end and all that). But I’m seeing this weekend through new eyes since discovering FME in 2010.
As over-the-top as it may sound, I find FME weekend to be a mini rebirth, or at very least, a cross cultural spa for the left brain. I am always physically exhausted afterward but also invigorated from the exfoliation of so much cultural dead skin accumulated over the last year.
I’m honored to be an official blogger for the festival this year, apparently the only Anglophone one they could find… and as such, FME takes on an extra aspect, one of mild terror. 
You see, there’s only so much Rosetta Stone can prepare a poor BC boy for the barrage of rapid-fire joual that awaits around every corner. 3 years on, my comprehension has soared, but by the end of any given festival night (after losing track of how many FME logoed-re-usable mug refills I’ve had) all I can do is wax poetic about my fat cat, Madame Oscar, after being asked what I thought of the last band.
All that being said, I’m itching with anticipation of what the weekend holds (maybe it’s just the dead cultural skin talking).

Dave, aka Zeus

Le FME débute ce soir : êtes-vous vraiment prèts?

Êtes-vous vraiment bien préparés pour 4 jours de FME intense? Voici surtout ce qu’il faut faire pour s’assurer de passer un FME sans soucis.
1-Faîtes une provision de Gatorade. Vous allez boire, j’ai vu ça dans ma boule de cristal. Vous aurez besoin de vous réhydrater et le Gatorade est plein d’électrolytes.
2-Faîtes de la technique Nadeau. Allez sur YouTube et tapez « Rajeunir avec la technique Nadeau ». Je vous jure que ça manque à votre vie. De longues heures debout, parcourir la ville d’une salle à l’autre, danser jusqu’à 5 heures du matin…il est nécessaire de garder son corps jeune et souple.
3- À se procurer : un IMPERMÉABLE. Ou si vous êtes comme moi et avez le sens du drame : un « Emergency Poncho ». Car c’est le mois de septembre et il pleuvra. N’essayez pas la pensée positive; Dieu n’aime personne. Et quand Dieu se fâchera, vous serez content, vous qui lisez mon blogue, d’avoir apporté votre maudit « Emergency Poncho » laite. Photo de moi avec mon poncho à suivre.
4-Vos bocks du FME des années précédentes; ça vous les prends! On recycle, nous, man!
5-Au moins 4 piastres pour une poute chez Morasse.
En ben, ma gang, vous êtes prêts! C’est beau à voir. Matante Métal va verser une larme.
Mon plan pour ce soir? On va tout d’abord me donner une formation sur le blogue, car on voit tout de suite que je n’ai aucune idée de ce qu’il faut que je fasse, ce qui est magnifique. Ensuite, le 5 à 7 d’ouverture Alex et Kem ainsi que mes Acadiens adorés : Radio Radio. Je veux aussi vraiment voir Babin et les Chics Clochards, je les ai harcelés sur Facebook pour me procurer une copie de leur album, laquelle censée m’attendre quelque part! J’adore ce groupe; des gipsys de Val-d’Or, pourquoi pas?
En terminant, une autre leçon d’amour avec mon chum Mario. Je me suis réveillée hier, avec dans mon visage de douce métaleuse, un feu sauvage de l’amour. Alors si vous me voyez, aimez-moi quand même, on a tous et toutes le droit à l’amour. Comme dirait Mario : « c’est pas parce que je sens le brochet que je n’ai pas le droit à l’amour ».
Veuillez agréer mes sentiments les moins brutaux,
Harvey Métal