Flot de découvertes pour le FME 2013

Publié le 03 septembre 2013

De retour à sa taille habituelle, le Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue, qui s’est déroulé du 29 août au 1er septembre, s’est conclu cette année avec une affluence totale de près de 23 500 entrées.

Pour donner le coup d’envoi de cette grand-messe du meilleur de la musique indépendante de l’année, le quatuor Mauves a fait galoper les lignes de basse sur des grooves holistiques avec leur classic rock entraînant. Puis, ce fut au tour de l’orfèvre de la pop Karim Ouellet de donner le ton, en insufflant une grosse dose de bonne humeur aux 4 000 festivaliers venus assister à ce concert très attendu. Tout était en place pour l’arrivée des Misteur Valaire : leur concoction inimitable de jazz, d’électro et de disco a catapulté le public dans un état second pour faire démarrer cette onzième édition sur les chapeaux de roue.

Quant à eux, les festivaliers qui ont choisi de gravir les marches menant à l’Agora des arts, jeudi, n’ont pas regretté leur ascension puisqu’en plus de s’immerger complètement dans les trames cinématiques des redoutables Pawa Up First et de The Besnard Lakes, ils ont pu faire l’agréable découverte de l’univers mi-country, mi-trip hop du quintet montréalais The Vasts, à qui on a réservé un accueil plus que chaleureux.

Entre autres événements ayant suscité beaucoup de discussions au sortir des lieux de diffusion, notons la performance d’Alex Nevsky, figure de proue de la nouvelle pop franco bien ficelée, qui a profité de son passage au FME pour lancer son nouvel album. Les français de la formation Success et l’électrisant Rich Aucoin se sont revélés être des performeurs scéniques remarquables. Au zénith de la nuit abitibienne, les vétérans punks Dayglo Abortions ont viré le Cabaret sens dessus dessous avec leurs attaques frontales soniques. Dans un tout autre genre, les éclatés Abdigradationnistes ont offert une performance orgiaque aux chanceux qui se sont frayés un chemin dans la ruelle de L’Écart.

Toujours vendredi, avec une carte comme Forêt/Groenland/Suuns, les festivaliers ont pris toute la mesure de l’effervescence de la scène pop de Montréal. Impossible de ne pas évoquer la performance généreuse du trio new-yorkais Blonde Redhead, qui a chaviré le coeur de plus d’un avec son indie rock mystérieux et langoureux.

Les amateurs de hip-hop ont été comblés, samedi, avec les cascades verbales et les gymnastiques rythmiques des Dead Obies. Pendant ce temps, à l’Agora des arts, le groupe montréalais Esmerine conviait le public à un voyage unique jalonné par des crescendos hymalayens devant lesquels il était impossible de rester de glace. Avant eux, la formation bretonne Mermonte a piqué la curiosité et généré des décibels de pop orchestrale avec ses dix musiciens.

Fidèle à lui-même, le FME a fait la part belle aux activités extérieures. Taillés sur mesure pour les petites (et grandes) familles, les concerts de Les Petites Tounes et du Maï Taï Orchestra ont ensoleillé les débuts de journée tandis que l’après-midi électro et sa scène juchée dans un gigantesque échafaudage a donné place à de belles découvertes! Il en va de même pour les toujours très courus «5 à 7» au cours desquels le public curieux et aventurier du FME a pu entendre un large éventail musical allant du folk sombre à la pop en passant par rap et le rock garage. Les Dear Criminals ont beaucoup fait parler d’eux en chauffant à bloc trois soirs le Trèfle Noir.

Un autre public était présent au rare concert en sol québécois des vétérans internationaux du métal Voïvod et des très attendus Origin, dont le riffs de guitare pesants et les rythmes assenés de façons brutales ont fait rugir les fans. Yann Perreau a donné une performance enlevante lors de la soirée de clôture, séduisant le public autant par sa musique que par présence.

Cette 11e édition a aussi été caractérisée par près d’une dizaine de concerts inusités qui sont venus ponctuer le quotidien des Rouyn-Norandiens : d’Alex Nevsky, qui en a surpris plus d’un à bibliothèque municipale, à Florian Mora qui a donné un concert intime aux Jardins du Patrimoine. Un concert secret de Random Recipe s’est déroulé à l’église orthodoxe russe tandis que d’autres projets musicaux (Klô Pelgag, Fordamage, Groenland, etc.) se sont produits dans différents quartiers de la ville. Ce fut véritablement l’émergence à chaque coin de rue pour un flot de découvertes qui a ravi les amateurs de musique indie!

Enfin, Télé-Québec a remis son prix à Groenland, qui se mérite une participation rémunérée à l’émission Belle & Bum dans les prochains mois.

Consultez la page Facebook www.facebook.com/FestivalMusiqueEmergente et le site www.fmeat.org pour des photos, des vidéos et des articles de presse, au cours des prochains jours.

L’équipe du Festival sera de retour pour la 12e édition du 28 au 31 août 2014 !